actualités

La vie des télécoms B2B

Fin du RTC : 98% des entreprises impactées

metro-bleu-flou_1160-784-540xauto_0_1
25 Nov 2019

Intégré au mécanisme évolutif numérique actuel, le secteur des technologies téléphoniques connaît aujourd’hui une forte digitalisation de sa structure et mode de fonctionnement. Cette tendance a engendré une migration des technologies de téléphonie historiques vers des technologies plus modernes et numérisées. A l’ère de la numérisation des moyens de communication téléphonique, le “tout-IP” s’impose comme nouvelle porte d’entrée au détriment du réseau téléphonique traditionnel qui disparaît progressivement (RTC pour Réseau Téléphonique Commuté).

Depuis 2018, le réseau de téléphonie commuté (RTC) est sur la sellette. En effet, c’est au mois de janvier 2018 qu’Orange et l’ARCEP ont annoncé les échéances de la fin d’exploitation du RTC. Le 15 novembre 2018 a marqué la fin de la commercialisation (création et aménagement) des lignes analogiques du RTC, puis, le 15 novembre 2019, la fin de production des accès RNIS de type T0 et T2, basés sur le même réseau RTC.

Face à cette situation de blocage, les entreprises doivent mettre en place des solutions durables rapidement, sous peine d’être déconnectées de tout réseau. En effet, une ligne analogique utilisée pour une alarme, un ascenseur, une machine à affranchir, un TPE de paiement, un fax ou encore un modem devra obligatoirement migrer vers une solution “post-fin du RTC” différente.


Comment expliquer la fin progressive du RTC?

Obsolète et compliqué à entretenir, le réseau RTC a vu son nombre d’utilisateurs fortement diminuer ces dernières années. C’est donc avec l’accord de l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (Arcep), qu’Orange (ex-France Télécom) a décidé de mettre un terme au réseau RTC pour migrer vers des technologies plus modernes, telles que l’IP. Difficulté d’approvisionnement en pièces détachées, rareté des ingénieurs et techniciens compétents au niveau de ces technologies vieillissante, généralisation du protocole IP pour le transport de tous types de trafic (données, voix, vidéo, messagerie…), tous ces facteurs ont poussé à l’arrêt du réseau RTC.


Fin du RTC : un processus en plusieurs étapes

Comme nous l’avons vu précédemment, les 15 novembre 2018 et 2019 sont des dates charnières qui marquent une réelle rupture dans les différents modes de fonctionnement des technologies téléphoniques.

La réflexion concerne maintenant la période post-rupture. Les experts affirment que la période comprise entre 2023 et 2030 marquera la fin effective (déconnexion) des services du RTC par plaques géographiques. Ainsi, la fermeture concrète du RTC se fera progressivement par communes, ensembles de communes ou arrondissements (1er lot, 2e lot, etc.). Les lignes existantes continueront donc de fonctionner jusqu’à leur arrêt technique définitif : pour les premières en 2023 et pour les dernières probablement jusqu’à 2030.


Quels sont les services et accès impactés ?

Les services concernés par l’arrêt du RTC sont :

  • les lignes analogiques utilisées pour raccorder des équipements, tels que le téléphone fixe, le fax, le terminal de paiement, ou encore le système de télésurveillance 
  • les accès au réseau numérique à intégration de service (RNIS) utilisés pour raccorder des standards téléphoniques (PABX) qui sont, par exemple, installés au sein d’entreprise pour la gestion des communications entre plusieurs postes

A partir du 15 novembre 2018, les accès Numéris – accès de base T0 et accès primaire T2 – d’Orange et de ses concurrents seront impactés en cas de déménagement, création d’un nouveau site ou toute modification d’un site déjà existant.


Qu’est-ce qui change pour les utilisateurs?

Face à ce changement, les utilisateurs gagnent en liberté et simplicité. Ils seront libres de choisir un opérateur et une offre téléphonique adaptée à leur situation et besoin. De plus, il ne suffira plus que d’une seule box pour plusieurs services : téléphone, Internet, usage purement mobile, etc. Selon les usages, certaines lignes RTC migreront plutôt vers une solution ‘mobile’, basée sur une carte SIM 4G.

La disparition du RTC n’impacte donc pas ou peu la pratique quotidienne en téléphonie pour la grande majorité des utilisateurs, ni à court ni même à moyen terme. Les utilisateurs de téléphonie fixe reliée à une box Internet (téléphonie sur IP) ne seront pas impactés directement par l’arrêt du RTC. Seuls les utilisateurs disposant d’une ligne téléphonique fonctionnelle et se servant d’un combiné téléphonique directement relié à la prise murale seront impactés à partir de 2023.


Risque de déconnexion: la nécessité de réagir rapidement

Face à la situation actuelle, les entreprises encore affiliées au réseau RTC doivent mettre en place des projets de migration “fin du RTC” rapidement sous peine d’être déconnectées de tout réseau de téléphonie. En effet, la migration du RTC vers l’IP ne s’avère pas simple : les solutions futures mises en place ne devront pas être choisies en fonction du type des lignes RTC mais bien de leur usage au sein de chaque entreprise.


Quelles sont les solutions envisageables ?

Des experts et professionnels des systèmes d’informations (tels que des DSI) voient dans l’arrêt du RTC l’opportunité d’amorcer une réelle transformation digitale au sein de leurs organisations. En effet, la migration du RTC à l’IP permet d’uniformiser les communications au sein d’une entreprise sur une seule et même technologie, pour plus de facilité de gestion et de maintenance.

Ces nouvelles technologies seront facteur d’amélioration de l’efficacité et des relations entre collaborateurs, clients et partenaires. De plus, le passage à l’IP n’est pas synonyme de refonte systématique de sa téléphonie d’entreprise. Des solutions alternatives, telles que le système de raccordement, permettent de conserver vos équipements. Vous pouvez donc faire évoluer votre téléphonie à votre rythme.

La littérature actuelle préconise donc le fait de profiter des opportunités qu’offrent l’arrêt progressif du RTC et de prendre part à l’évolution de l’IP dans le secteur des télécommunications.

 

Pour les sites existants, n’hésitez donc pas à prendre rendez-vous avec nos experts qui sauront vous conseiller sur les migrations à mettre en place pour faire basculer vos communications progressivement vers l’IP.

 

PRENDRE RENDEZ-VOUS